On le sait, plusieurs personnes se retrouvent confrontées à cette fameuse question concernant 4 belles petites dents que l’on nomme affectueusement « dents de sagesse »… Les retirer? Ou pas?

D’une part, il y a les coûts engendrés par l’extraction, mais de l’autre, il y a les risques reliés à garder ces dents « qui ne vous rendent pas nécessairement plus sage » dans votre bouche. Pour le patient, il s’agit d’une véritable interrogation et le rôle de votre dentiste doit toujours être de vous donner l’heure juste afin que vous preniez la bonne décision.

Parce qu’on s’entend, c’est toujours le patient qui aura le dernier mot. Mais tentons mieux de comprendre d’où viennent ces dents en « surnombre »…

Petite histoire de la dent de sagesse

Les premiers bourgeons de dents de sagesse apparaissent à la radiographie de votre dentiste autour de 8 ans. Par la suite, ces dents feront éruption autour de 15-16 ans. La plupart des gens en auront 4, mais ce n’est pas toujours le cas : certaines personnes en auront plus, d’autres en auront moins. L’évolution tend cependant à faire disparaître progressivement ces dents, car notre bouche est beaucoup plus petite que celle nos ancêtres, qui avaient une alimentation plus dure et plus fibreuse que la nôtre.

Biologiquement, il s’agirait de dents apparaissant un peu plus tard dans le cycle de vie de la personne afin de venir « remplacer » des dents qui seraient tombées prématurément. Rappelons-nous qu’à la préhistoire, l’espérance de vie de l’être humain se limitait à environ 35 ans et que la visite chez le dentiste n’était pas chose commune.

De plus, chez l’être humain préhistorique, la perte des dents pouvait s’avérer fatale car la mastication devenait alors beaucoup plus laborieuse… et donc la survie. Les dents de sagesse auraient donc pu être une adaptation génétique afin que l’espèce puisse survivre plus facilement à l’hygiène déficiente de l’époque.

Problèmes reliés aux dents de sagesse

Les principaux problèmes liés aux dents de sagesse sont leur difficulté d’éruption : elles ont parfois de la difficulté à sortir. Cela peut être dû à un manque de place. Dans d’autres cas, cela est dû à un axe d’éruption l’empêchant de sortir. L’angle de croissance de la dent la fait alors buter sur sa voisine…

Dans le premier cas, lorsqu’il manque d’espace pour que les dents de sagesse puissent bien sortir, le dentiste doit établir s’il y a un risque futur d’infection (ce sera particulièrement le cas quand les dents sont situées tout juste sous la gencive) ou si les dents de sagesse peuvent rester bien au chaud (sous l’os), et donc éviter l’extraction. Dans cette dernière situation, il y aura beaucoup moins de risques d’infection, même s’il subsiste un certain risque.

Il est important pour le dentiste de faire cette évaluation avant la fin de la croissance des dents de sagesse. En effet, une dent pousse à partir de la couronne jusqu’aux racines. L’évaluation permettra de vérifier si une dent qui va rester incluse dans la gencive croîtra vers le nerf de la mâchoire du bas. Dans le cas où on soupçonne que la croissance de la dent pourrait aller jusqu’à toucher le nerf, on suggérera fortement l’extraction préventive afin d’éviter que l’attente et l’extraction tardive provoque une blessure au nerf. Le patient pourrait alors demeurer engourdi de façon permanente à certains endroits de son visage…

Dans le cas d’un angle d’éruption qui n’est pas aligné avec les autres dents, la croissance de la dent de sagesse peut aller jusqu’à créer un creux dans la dent adjacente. Ce phénomène que nous appelons « résorption » peut nécessiter une extraction : on ne risquera pas d’endommager une dent saine et qui joue son rôle convenablement dans votre bouche…

Lorsque la dent de sagesse réussit à sortir adéquatement de la gencive, il n’y a souvent aucune raison de l’enlever. Les seuls cas où nous suggérerons une extraction ici sera si cette dent de sagesse amène une hygiène difficile ou si la qualité de la dent n’est pas au rendez-vous (sans mauvais jeu de mots!).

Mentionnons aussi que lors d’une extraction, les dents de sagesse du bas causent beaucoup plus de problèmes de manière générale à cause de la proximité avec le nerf et du manque d’espace. Cependant, lors de l’extraction de dents de sagesse situées dans le haut de la bouche, la proximité des sinus (plus précisément, les sinus maxillaires) rend aussi l’opération délicate. Bref, votre dentiste tentera le plus possible d’éviter une chirurgie qui n’est pas nécessaire! Lorsque le conseil va vers l’extraction, pensez qu’il s’agit toujours d’un conseil pour VOTRE BIEN.

Pour s’amuser

Le terme « dent de sagesse » s’applique aux langues suivantes : langues latines et allemand. En turc, on la surnomme plutôt « dent de 20 ans », en Corée, on lui donne le sobriquet de « dent de l’amour », en arabe, on la dit « dent de la raison » et les Japonais l’appellent « la dent que les parents ne connaissent pas ». (Source : Wikipedia)

Peu importe comment on la nomme, la dent de sagesse peut occasionner certains problèmes, mais ce ne sera pas nécessairement le cas. Le rôle de votre dentiste au Centre dentaire Mont-Saint-Hilaire sera de vous donner l’heure juste afin de ne pas vous faire dépenser inutilement, mais aussi pour vous sensibiliser aux soins particuliers à apporter à ces dents parfois difficiles d’accès.

Bonne sagesse à tous!