À quel âge devrait-on faire abandonner la suce de bébé?

Dès la naissance, le réflexe de succion est, chez le bébé, un réflexe de survie. Sans succion, pas d’alimentation, donc pas de survie possible.

Cependant, nombre de parents se demandent à quel moment il est préférable de se défaire de ce réflexe chez l’enfant afin de ne pas compromettre le bon développement des dents et du langage.

Une réponse… variable

Le fait est qu’il n’y a pas de réponse précise quant à l’âge idéal pour sevrer l’enfant de sa suce… Cependant, les experts s’entendent pour dire que dès 12 mois, on devrait commencer très graduellement à restreindre l’utilisation de la suce.

Le premier élément à considérer est certainement de remplacer le biberon à tétine par le gobelet pour les boires de l’enfant. Par la suite, l’utilisation de la suce devrait se restreindre peu à peu. Par exemple, on commencera par éliminer son usage lorsqu’on est hors de la maison. Par la suite, on permettra la suce seulement dans la chambre à coucher, puis seulement dans le lit…

Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est qu’après les tétées de la première année, la succion, bien qu’elle ne joue plus un rôle nécessaire à l’alimentation, continue à faire partie intégrante de la vie et du développement de l’enfant, notamment en apaisant celui-ci devant les sources de stress, l’inconnu ou les nouvelles situations.

Un pédiatre américain soutient même que la succion d’une suce ou du pouce demeure une des seules ressources dont dispose l’enfant pour se rassurer lui-même entre l’âge de 1 et 3 ans. Au cours de ses études, il a remarqué une recrudescence de la succion du pouce ou de la sucette à l’âge de deux ans chez les enfants dont les parents n’apportaient aucune restriction, puis un déclin naturel du besoin de succion autour de l’âge de deux ans et demi.

Quelle méthode choisir alors?

Bref, les deux méthodes de retrait de la suce (naturelle ou induite) semblent avoir fait leurs preuves, mais une chose est sûre, pour l’enfant, l’abandon de la suce constitue une étape fort importante de son développement.

Un élément primordial à considérer serait d’éviter l’abandon de la suce à des moments charnières de la vie de l’enfant, comme par exemple l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur, lors de l’apprentissage de la propreté ou encore lors d’un changement important dans la structure familiale.

De plus en plus d’experts s’entendent aussi pour dire que la participation de l’enfant lui-même dans « l’abandon » de la sucette aide grandement à passer à travers ce passage obligé. Par exemple, en ne jetant pas nous-même la suce à la poubelle, on évite de créer une angoisse non-nécessaire chez l’enfant. Le résultat sera encore plus bénéfique si l’enfant arrive à se départir lui-même de sa suce.

Des trucs?

– Donnez des choix à l’enfant quant à la manière de disposer de sa dernière suce. Va-t-on la donner à un autre enfant? À une poupée? L’envoyer au Père Noël? Lorsque l’enfant choisit, la séparation se fait plus facilement.

– Associez l’abandon de la sucette au fait que votre enfant est un grand garçon ou une grande fille. Fêtez l’événement!

– Coupez le bout de la suce un petit bout à la fois. Lorsque la tétine de la suce sera trop petite, l’intérêt de succion disparaîtra par lui-même.

– Soyez constant(e) : si vous avez décidé que la suce disparaissait, ne revenez pas en arrière. Vous compliqueriez les choses encore plus.

Pour les enfants qui remplacent la suce par le pouce, cette habitude disparaît souvent d’elle-même vers l’âge de 3 ans. Encore une fois, graduellement, vous pouvez rappeler à votre enfant qu’il est temps de lâcher son pouce afin de faire cesser cette habitude. Si la succion du pouce demeure après 3 ans, il est important de trouver des alternatives à cette habitude, notamment en identifiant les moments les plus susceptibles de provoquer la succion du pouce et en inculquant d’autres moyens d’apaisement. Vous pouvez aussi y arriver en encourageant les journées où votre enfant ne suce pas son pouce (tableau avec des collants par exemple), ou en plaçant un pansement autour de l’ongle du pouce de l’enfant.

Au-delà de la santé dentaire des enfants, nous avons vu des petits pouces à la peau fortement irritée tellement l’enfant suçait son pouce!

Un apprentissage important…

Bref, sans créer une phobie autour de la succion, laquelle pourrait apporter une anxiété non-nécessaire chez l’enfant, l’arrêt de la succion doit tout de même faire partie de l’apprentissage de l’enfant et les parents ont un rôle à jouer dans cet apprentissage, tout comme dans tous ceux que l’enfant fera au cours de la petite enfance.

Si la dentition de votre enfant vous inquiète du fait de son habitude de succion, n’hésitez pas à consulter votre dentiste afin d’obtenir les meilleurs conseils et le bon diagnostique.

Bon apprentissage!



← Retour au Blogue